Norte Bloc Cliqua 828

FNO gang de CMLV


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[Brown Pride line] Steve Clayton [Native American]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Paz


Original 828
Original 828
Steve Clayton
Native American gangster.

Description rapide du personnage actuelement.

Steve "L'Indien" Clayton
Caractéristiques:
Steve, est maigre, il se bat mal du a son poids désavantageant. Il est fière de ses racines, mais le cache celles-ci. Il s'habille très souvent en large et comme un chicano, mais cela reste très basique. Il aime les armes à feux, mais blanches également, il se sent plus fort avec. Steve est un alcoolique depuis sa sortie de prison, il n'a pas l'alcool mauvais. Il n'aime pas les personne blanches, ni le baseball. Par contre il aime le football Américain et le basket. Certains sujet peuvent l’énerver subitement, il peut être violent.


Eh... La forme? Hmm, t'as pas l'air d'bien comprendre s'que j'te raconte... Alors autant commencer par début.
J'mappel Steve Clayton, j'vois déjà de là ton visage grimacer haha. Non j'suis pas un hispanique étonnant pourtant vue mon teint mate et ma façon de parler... J'suis un d'ces gas que t'imagine avec des plumes entrain d'fumer le calumet de la paix dans son putain d'tipis...
J't'arrête de-suite, c'est pas du tout ça ma vie alors écoute ça. J'suis de ...

Pine Ridge




A la réserve indienne de Pine Ridge. C'est dans le Dakota du sud, on est la deuxième plus grande réserve indienne des US mais bon... Ne pensez pas non plus que c'est une grande ville ou autre. On est divisé en plusieurs petites villes. En gros j'sais même pas si on peut appeler ça comme ça. Une ville de mobile-home, tss... Les conditions de vie, y sont surement les pires de tout le pays. Des journaliste européen ont jugé honteux nos conditions de vie dans un pays comme celui ci. J'vois que tu comprend pas vraiment s'que j'veux te dire une nouvelle fois, donc j'vais te donner quelques infos en vrac comme ça. Histoire que tu t'imagine le truc.
Informations sur la réserve de Pine Ridge:
Ici, l’alcool est interdite, plus de la moitié de la population est alcoolique. La moyenne d'age de mortalité est de 48 ans chez les hommes 52 chez les femmes. C'est le plus bas du pays t'imagine? Sans parler du tôt de suicides ici, il est énorme. A l'heure actuel, 10% des habitants font partie d'un gang de rue. La mortalité infantile est 3 fois plus élevé chez nous. Des maladies à la cons, tuent en masse. Ceux qui vivent dans le rue, sont nombreux a mourir de malnutrition ou de froid l'hiver. C'est vrais qu'il fait vraiment froid ici, et nous avons, des vieux mobiles-home mal isolé... J'pourrais continuer comme ça longtemps avec le chaumage ou autre mais j'vais m’arrêter là, j'pense que t'as compris l'truc.

Ah oui aussi... J'suis un Lakota, pour info', j'suis catholique mais j'sais parler la langue. J'en suis fière certains dans ma réserve ne savent même pas le parler. J'suis attaché a mes racines mais ce sont elles qui me poussent vers la mort et la misère. J'vis dans un de ces mobiles-homes comme tout le monde, j'ai deux sœurs et un frère. Mon père est au chaumage, et ma mère travail dans une sorte de ferme pour touristes. On n'a pas de voiture, mais pas besoin d'en avoir, j'suis pas bien loin de l'école. J'y vais à pied avec mes voisin, des gamins comme moi, qui déjà boivent et fument, tout comme moi. Certains disent que c'est l'alcool des blancs qui a pervertie mon peuple... De toute façon, tout se qui vient des blancs est mauvais. Enfin ce n'est qu'un détail. Chaque jour je survivais a ces conditions de vie, cette ambiance,le gout amère de la défaite est présent partout...
Moi, j'en avais rien a foutre de l'école, car ici à Pine Ridge, ça sert a rien. Rien du tout, alors j'allais avec mon voisin Aaron il était grand, environs deux ans de plus que moi, j'étais un peut son petit frère. On faisait pas mal de conneries, mais lui disait que fallait garder ces racines et niquer les blanc... J'pense que ma haine envers eux viens de là, a trop l'écouter ça c'est imprégné dans ma tète comme ça. Alors on allait quand même au centre de la ville, qui enseigner aux gens les traditions indiennes et organisé des fêtes basé sur ce thème là. C'était bien, on était un groupe, nous deux on était à la "chorale" si on peut appeler ça comme ça. On se sent unis et en plus des fois on peut gagner un peut d'argent. J'évitais les gangs, mais si je voyais en eux la seul carrière possible.

Des passions.


Un jour Aaron m'avais montrer une arme à feux, un revolver. Il était super, lourd, brillant avec les balles et tout, putain j'avais trouvé ça énorme. C'était celui de son père, il avait de drôles de choses son père. Et d'après Aaron il avait une pleine boite a chaussure de balles. C'était le premier que je voyais même mon grand frère Carl n'en avait pas pourtant membre d'un gang local que j'enviais nommé "Indian Mafia", enfaite à Pine Rigde, c'est chaud d'en avoir, les rixes entre gangs c'est aux armes blanches surtout, enfin ça c'était avant, car apparemment ça commence a bouger niveau armes là bas... Bref on allait là où peut de monde trainer, et on s'amuser a tirer sur des trucs banal. Un jour au retour vers notre "ville", on a croiser une bande de chien airant, à ouais aussi j'ai oublié de vous dire, chez nous les chiens airant son très nombreux, les gosses vont à l'ecole avec des gourdins, bref. Aaron m'avait dis "Si t'arrive a en avoir un... Putain t'es un tueur haha!" J'ai pris l'arme et j'ai tiré en leur direction. Merde, c'était super dure, car eux ils bougent et suite aux coups ils détallent. J'ai du vider au moins 4 balles dans le vide. Aaron se foutait de ma gueule avec des "T’aurais même pas un éléphant a bout portant! Bhouu!". Il m'avait vraiment cassé les couilles alors j'ai commencer a courir comme un dingue sur les deux clebs encore présent. Et j'ai tiré mes deux autres balles sur eux tout en courant. J'en ai eu un. Il c'est couché net au sol. J'avoue c'était pas vraiment dans les règles du paris mais bon, au moins j'étais pas totalement vaincu. Aaron, c'est amené et ma dit "Tss... Salle tricheur." et là j'ai directe répliqué "S'qui compte c'est pas la manière, c'est le résultat. Au final j'l'ai fumé peut importe la façon tss...". On a commencé a se disputer un peut sur le trajet du retour, il voulait sa revanche, mais cette fois dans les règles. Depuis ces jours là j'adore les armes, en tout genre, un couteau par exemple. J'me sent supérieur, plus fort et je sais que j’atteindrais mon but plus facilement avec ce genre de choses. Elles m'évite de me battre aussi. J'suis trop maigre pour ça, et de toute façon j'aime pas ça.
Sinon, tout les jours je jouais au basket que ce soit à l’école ou dans la rue. Cette passion là, elle est rentré simplement dans ma vie. J'aime bien se sport, faut être habille et rapide. C'est ça la classe, les fringues aussi, enfin j'veux dire les maillots, j'en rêvais quand j'étais petit. D'avoir un vrais maillot avec mon nom derrière, mais pas un faux, pas une veille imitation. Toute ma famille aime ce sport, j'crois pas que je connaisse une personne à Pine Ridge qui ne l'aime pas... Doit surement a avoir mais bon. J'suis rapide et habille, je saute haut aussi ça c'est bien, mais trop facile a déstabiliser. On me pousse et je m’envole ça me les brise sincèrement. C'est la seul chose que je déteste là dedans, quand ça pousse et ça joue pas fairplay, putain ça m'énerve j'pourais partir en couille pour une bousculade sérieux!
Ah ouais, aussi l'rap j'aime ça... Enfin l'rap comme chez moi quoi. L'mec qui rap devant toi et qui mets direct l'ambiance avec des rimes qu'il sort d'son crane. A l'école on faisait pas mal de battles de rap, c'était un des gros points forts de l’école. Un mec posait son instru' en beatbox et là, les deux mecs commençaient a se clasher, c'est super marrant. Sa taille vraiment et ça bouge au moins. J'trouve ça mieux que le rap que t'écoute via une télé ou j'sais pas quoi, voir les vrais trucs ça c'est cool. J'ai même lancé deux trois battles à l’école histoire d'rigoler et de calmer les putes qui cassent les couilles en évitant la baston. Là tu les humilie devant tout l'monde et si ça commence à chauffer, les autres sont là pour l'calmer dans tout les sens du thermes.
Les films aussi, enfin pas n'importe quel genre de film, ceux sur les mafieux, j'trouve ça vraiment classe. Les boss de la ville comme ça, et fume des gens en claquant des doigts, le pouvoir, l'argent et les femmes. Et pourtant j'en connais pas beaucoup enfaite, j'en ai pas beaucoup c'est pour ça, les deux premiers parrains et Scarface, c'est tout, mais j'm'en fou j'aime bien ce genre de films. C'est vraiment classe, ça m'donne envie avoir un putain de caustar comme eux et tout ça, j'me coiffe déjà comme ça, avec les cheveux plaqué en arrière comme un putain d'italien.

Adieu Pine Ridge?


J'pensais pas quitter Pine Pine, un jour. Mais j'me suis fait viré du Lycée pour avoir ramené une arme, et je la montrait dans la court, comme un con, bref, j'me suis fait viré. Enfaite j'ai 16 ans, et j'pourrais arrêter l’école de toute façon c'est de la merde ici. Au bout d'un moment mes parents ont apprirent la nouvelle, ils disaient que j'étais un mauvais fils, etc.. Etc... J'écoutais presque pas et d'un coup ma mère à dit "Tu va aller chez ta tante, ça te ferra les pieds j'veux plus te revoir tant que t'as pas changé". C'est une blague ou quoi? Comme ça, sur un coup de tète elle me balance ça? J'me suis foutu de sa gueule c'était vraiment n'importe quoi. Mais le soir, ma mère faisait déjà les valises, et avait appeler sa sœur. Sa soeur j'l'a connais même pas, je l'ai jamais vue, mais ma mère en parle mal souvent, j'crois qu'elle lui en veut car, elle est avec un chicano. Le lendemain mon père m'a dit de monter avec lui dans la veille voiture d'un de nos voisins, sur le trajet, j'lui ai posé pleins de question, tout ça c'était passé si vite, j'avais même pas eu le temps de dire aurevoire à ceux de mon quartier putain! Apparemment j'allais vivre dans un quartier ultra difficile, déjà là, j'me demander comme ça pouvait étre, j'allais vivre dans une cabane ou un truc comme ça? On peut pas faire pire après les mobile-home de Pine Ridge. Mais bon, enfaite mon père n'y était jamais aller j'pense car il répondait pas vraiment, il disait que c'était ma tante qui en parlait comme ça au téléphone, que j'avais un cousin que s'appelait Hector. Putain, Hector, t'imagine le truc? Un putain de chicano, n'importe quoi sérieux, déjà ça, c'était un point mauvais pour moi. Ensuite il m'a dit que y aurait aucun Native comme moi, et ma tante, là où je vivrais, ça de toute façon je le savais, mais où? Los Santos, putain, en pleine Californie, au moins là bas il doit faire chaud. L'quartier c'est quelque chose comme Gaton, ou Ganton un truc du genre j'sais plus.

Ganton ouais mon pote c'est bien Ganton! Hector mon putain d'cousin n'a même pas une seconde pour m'faire visiter ce quartier. BANG BANG BANG, c'était la musique à la mode dans l'coin quand j'suis arrivé, les négros tiraient sur les chicanos. La première fois que j'suis sortis j'ai fais un footing, un enfoiré de noir m'a dis "Et toi t'es qui enculer de tacos?! CHOPPEZ LE!". J'avais rien à voir avec leurs histoires, j'étais arrivé là, pleine guerre ethnique, j'étais ni black ni hispanique et j'ai du m'faire tirer dessus 2-3 fois, j'ai vue des gars s'faire fumer devant moi dans ces rues. J'me suis mis a trainer avec les jeunes du quartier qui étaient cool, les seuls qui m'acceptaient c'était les hispaniques alors j'suis aller vers eux. C'était cool, j'connaissais personne, mais j'avais l'impression que eux aussi. On s'faisait un groupe, y avait même une Jamaïcain. J'me suis trouvé un pote, qui avait la même façon de penser que moi Anselmo, on était des putains de potes comme avec Aaron a Pine Ridge.

Ghetto Pacinos.


L'argent? Eh bha ouais on y avait pensé avec mon pote Anselmo, quesque tu croyais? On volait des trucs, des vélos, des sapes des trucs comme ça. Mais c'était pas assez, ça servait a rien du tout, fallait être les plus forts! On volait organisé des combats de poulets haha, sacré histoire ce délire là aussi. On a laissé tombé. J'étais choqué lorsqu'un negro m'avait proposé des armes pour presque rien... J'étais heureux on pouvait aller loin. Très loin. Tout s’enchaine rapidement, des italiens viennent me voir, ils me proposent d'étre le grossistes de la bande, c'était impeccable. J'ai choisi mon terrain, l'angle de rue, là où il y avait le plus de passages, un terrain vague derrière pour planquer la dope et faire les échanges pépère. Anselmo et moi on recruté des dealers dans la bande, ils nous payaient, mais en parallèle un autre truc se monté. Eh ouais, des gars de la bande formait un truc lourd, un gang on peu dire ça. IAC-24, c'était ça le délire, et nous... Bha on faisait pas partis du délire justement. On est aller les voire, Anselmo avait fait un putain de coup de pression, ils nous ont accepté. Mais a cause de ça on avait plus de problèmes, les noirs voulaient nous exterminé. Je me rappel un jour ils étaient deux fois plus que nous et voulaient se battre... J'ai sortis le couteau papillon pour me frayer un chemin entre tout ces connards. Puis... Entre temps j'me trouvais une copine, mais c'était une flic, pas comme les autres, mais une flic quand même, elle s'appelait Isabella. Et voilà un connard du gang qui s'appelait 'Rique, c'est dis que je faisait trop d'argent, et eux trop peu. Ils voulaient connaitre le fournisseur, bha non, ils l'ont jamais connu. Ils m'ont chopé dans une ruelle pour me faire cracher le morceaux. J'ai couru et couru, puis merde, ils étaient là a me courser jusqu'a que je faiblisse... Trop maigre pour l'endurance, j'ai sortis le calibre. J'parle, j'm'explique, puis merde! Une voiture de flic passe devant la ruelle. MERDE! J'voulais pas tirer... Puis BANG, pleine tête, l'autre connard de 'Rique tombe par terre.

Seul.


Les menottes au poignées on me lâche pas d'une semelle. J'ai pris pour tentative d'homicide, eh ouais ce connard n'est pas mort. Ainsi que port d'arme illégale et délit de fuite, injuste mais bon, c'était un putain d'indien sorti de sa réserve qui allait contredire le juge de Los Santos. Bref, j'ai pris 8 ans de prison ferme avec 2 ans ferme en plus. J’aurais pu aller dans le Dakota du sud, mais d'après mon avocat, les prisons là bas étaient apparemment très sales, et vue les conditions de ma famille pour se déplacer, ça revenait au même. Deplus j'voulais pas emmerder ma famille avec, j'voulais m'isoler, j'pensais que je les avais trahis en tirant sur cet enfoiré ... Et puis pour mon transfère, j'pense qu'il aurait falu payer, alors j'suis resté là, à Los Santos. Se que mon avocat n'avait pas dis c'est qu'ici la violence était nettement plus haute que dans le Dakota du sud.
J'suis arrivé là bas, on m'a demandé mon nom, si j'avais un gang, mon origine. Quand j'ai dis que j'étais un Lakota, un des gardiens c'est foutu de ma gueule en disant qu'un nouveau gang aller se créé, avec pour effectif, moi et personne d'autre. Qu'il aille se faire foutre ce connard. J'avais pas de gang, alors ils m'ont mis avec un blanc. J'pense qu'ils l'ont fait ex-pré. Il faisait deux fois mon épaisseur, mais n'avait apparemment pas de gang, et était là depuis peut. J'lui parlais le moins possible, je ne lui offrais aucun sourire ou autre. Je les déteste tous, tout ces bancs, j'ai remarqué aussi que les hispaniques se regroupaient entre eux, les blancs, les noirs et les asiatiques aussi. C'était ça les gangs, et j'comprenais la veille blague du gardien. J'suis resté seul adossé au mur de la cour pendant deux jours, je regardais comment ça se passer. Les gangs aussi regardaient, mon compagnon de cellule c'était fait repéré, par ceux qu'on appel les Aryens. Des fils de putes de nazi des gros racistes. Quelque jours plus tard, il les avait rejoint. Ce même jour un hispanique lorsqu'on se rangeait pour la cantine, m'a tapé sur l’épaule et m'a dit un truc que j'ai pas compris. Apparemment il voulait savoir de quel quartier de la ville j'étais, mais il parlait en espagnole, et moi je comprends pas ça. J'me suis retourné, car j'avais pas compris, derrière lui, il y eu des rires. J'avais une haine qui montait et beaucoup de peur. J'ai pris ma bouffe et je suis aller manger seul en bout d'une table vide. Comme le jour précédent. Quatre hispaniques sont venue s'assoir a mes cotés, parmi eux le mec qui m'avait parlé. L'un d'eux était grand et senblait plutôt musclé et fort, il prit la parole et me dit.
"-Mon carnàl t'as posé une question... Réponds, dit-il froidement après une courte pause.
- J'ai pas compris, j'comprends pas l'espagnole..., j'ai répondu."
Là, ils se sont tous mis à rire sauf le grand qui semblait ne pas comprendre et croire que je me payer sa tronche. J'avais de plus en plus chaud et je me contentais de manger un maximum. Il reprit avec un:
"Tu te fou de ma gueule là, maricòn?! Et la Raza?!"
J'ai pas compris non plus mais j'ai répondu ensuite, car il semblait très sérieux.
"La Raza? Mais... Moi je comprends pas tout ça... J'suis nouveau ici."
Les trois autres explosèrent une nouvelle fois de rire. Le grand ouvrait grand la bouche et ses gros yeux rond fixé sur moi comme choqué puis il dit.
"Bon, toi tu commence très, très mal... T'es qui au juste et tu viens d'où?!"
J'répondis aussitôt par peur de ce mec en face, qui était beaucoup plus fort que moi.
"J'm'appel Steve... J'viens de Pine Ridge. Une réserve dans la Dakota du Sud, et j'comprends pas l'espagnole... Désolé."
Là il y eu un gros silence suite à mes paroles, personne ne semblait s'attendre à cet réponse là. Pendant se temps j'ai jeter un bref coup d'oeil à ma droite qui m'ouvrit les yeux. Le bras du chicano qui mangeait a coté de moi et semblable au mien. Nous avions le même teint mate, quand aux traits du visage, j'avais les yeux légèrement bridé comme les hispanique. J'ai compris, là, que physiquement, pour tout ceux qui m'entouraient j'étais un chicano.
Le grand explosa de rire, en brisant ce silence tout en disant.
"Hahaha! Un putain d'indien hahaha! Aller v'nez les gas on s'tire hahaha!"
Les quatre se sont levé avec leur plateau en se racontant des blagues sur moi. J'étais dégouté, mais j'pouvais rien faire, avec la bouffe de la prison j'étais encore plus maigre qu'avant, mais de toute façon j'étais seul alors... Eux ils étaient en groupe... Ils avaient des groupes par origine, moi j'étais seul. Tss... Et quand je rentrais dans ma cellule avec l'autre fils de... Il jouait les dingues et commencer à donner des ordres, il prenait de l'assurance grasse aux Aryens. Il disait qu'il allait devenir l'boss du secteur, que c'était un gros dealer, tralala tralala. De toute façon j'en avais rien à foutre. Il était nouveau et c'était surement du grand n'importe quoi. Il s'appelait Jason, mais il voulais que je l'appel Mr 2H. N'importe quoi j'l'ai jamais appelé comme ça. Un jour il est arrivé dans la cour avec sa bande pour me dire de leur donner ma ration a la cantine etc... Ils voulaient me racketter. A ce moment là deux hispaniques se sont approché d'eux et ont dis froidement aux Aryens.
Guillermo: "C'est bon, vous avez fini?"
Un des blancs dis alors "Te méle pas de ça, c'est même pas une chicapute comme vous."
Guillermo: "Yeah, aller tirez vous."
Y eu un très long silence puis l'un des blancs fit un signe aux autre et dis alors:
"Ouais, aller, on réglera ça plus tard, v'nez tss."
Les deux hispaniques se sont approché de moi le même qui avait pris la parole, me dit alors:
"Alors t'es un indien hein? J'ai entendu dire ça... Tu parle ta langue?"
J'ai hauché la téte positivement puis j'ai répondue:
"Yeah, j'parle le Lakota, une langue Sioux."
Les deux hispaniques se regardèrent puis je vue un léger sourire sur leurs lèvres.
Guillermo me dit alors: " Bien, alors tu va nous apprendre ça... Par écrit."
Je dis donc: "Comment ça? Mais je sais pas vraiment l'écrire, enfin... J'fais beaucoup de fautes."
Guillermo me tapota l'épaule puis me dit:
"C'est pas une demande, mais un ordre, dans deux ou trois jours, tu changera de cellule, et tu serra a coté de la mienne et de mon carnàl là. Et tu y restera le temps qu'on puisse écrire ta langue par écrit."
J'étais surpris, pourquoi voulaient-ils que je leur apprenne cette langue, par écrit en plus, et avec quoi? J'ai accepter... Les hispanique dans la prison, sont très nombreux, déjà plus que les blancs, et c'est des durs, donc bon... J'avais pas d'autre choix. Quand j'suis rentré dans ma cellule Jason, était très énervé, il disait que mes potes l'avaient ridiculisé. C'était pas mes potes, mais j'avais hâte de quitter cette cellule.

Moral en hausse.


J'ai quitté cette putain de cellule pour aller chez les chicanos, là où je suis, y a que des chicanos... Ca craint, si ils veulent me buter, j'peux rien faire. J'suis avec un gas, qui parle très peut, j'ai remarqué plein de dessin sur les barreaux de sa cellule, sur des mouchoirs, il appel ça des Paños. C'est super beau, mais bon, les dessins dessus c'est bizard, tu peux avoir le visage de la vierge avec a coté une fille nue, qui fait sa pute. Apparemment ils s'échangent ça entre eux, et mon quo-détenue gagne beaucoup d'argent avec ça. A droite de ma cellule, il y a celle des deux mecs qui m'ont fais changé de cellule. Eux, ça doit être des... boss, j'pense car pour avoir autant de pouvoir, pour choisir sa cellule c'est quand même beaucoup j'trouve. Pendant que mon quo-détenue dessine, moi j'explique aux deux autres de droite ma langue et les principales règles de celle ci. On m'a donné du papier et de quoi écrire et d'écrire en Lakota une phrase avec la traduction en dessous pendant se temps Hector, mon quo-detenue, joue aux dominos avec ceux d’accoté. Ici c'est calme, et on s'occupe, plutôt bien. Des fois ils m'expliquent comment on parle espagnole. J'avais l’impression de m'intégrer peut à peut, et un jour j'ai engagé la conversation. Finalement les indiens d'aujourd'hui et les chicanos c'est pas si différent. Ils sont eux aussi des indiens, mais que les blancs ont divisé. Ils étaient moyennement daccord, et en avaient un peut rien a foutre, ils disaient qu'étre chicano c'est plus qu'une histoire d'origines, c'est une façon de vivre, de penser, de parler, de regarder se qui t’entoure et de réagir. J'avais une réel motivation, à devenir un chicano... Car ici j'étais seul, certes j'étais fier de mes racines, mais je les caché les plus possible et je faisais tout pour ressembler aux chicanos. Enfaite j'voulais avoir un groupe. J'en avais marre de manger seul, de marcher seul dans la cour, certes j'étais "protéger" mais... C'était pas la même chose.
Ca devait faire 6 mois que j'étais ici, et finalement, c'était pas si difficile, du moins pour moi... J'avais une protection, et j'avais rien d'autre a faire qu'enseigner ma langue alors... Mais j'aimais pas le regard que portait sur moi ces chicanos, qu'ils appellent Brown Pride. Ils me voyaient comme un "autre". Un jour Guillermo parlait avec mon quo-détenu au sujet de Jason, 2H, ce fils de pute, apparemment grasse à lui en 6 mois les Aryens avaient pris une bonne part de la cocaïne de la prison. J'me suis levé et j'ai tout de suite dis.
"- Carnàles... Laissez le moi. J'peux le faire, j'suis des vôtres..."
Un long soupire se fit entendre dans la cellule d’à coté. L'hésitation était palpable, j'ai entendue des murmures puis Guillermo me dit.
"- Orale. Si tu merde, c'est ta tète qui tombe, après ça, tu serra des nôtres... Fabrique ton arme, présente toi comme un gros acheteur à lui."
Pas un seul mot de plus ne fut prononcé, je savais s'que je devais faire, mon quo-détenu m'a appris comment faire mon arme, c'était ingénieux, fait avec les moyens du bords. J'avais pas peur de mourir, je savais qu'avec une arme, j’aurais mon but, j'avais peur de me faire avoir par les gardiens... Les empreinte et tout ça, c'est pas rien un meurtre en prison. J'avais calculer mon coup depuis plusieurs jours, là où les Aryens trainaient dans la cour. Les cameras ne filmaient presque partout, mais à l'entrée de la cour c'était les gardiens les cameras, dans l'effet de masse, il était dur de voir se qu'il se passait, j'ai raté mon coup trois fois, à chaque fois, Jason, n'était pas au centre de la foule. La quatrième fois j'ai choppé sa bouche de ma main gauche et je l'ai planté quatre fois dans le dos, les Aryens n'ont rien vue venir, les chicanos qui m'entouraient avaient très bien fait leur travail, l'entouré en l'isolant de son groupe. Ensuite, on c'est tous dispersé dans les rangs, j'ai laissé l'arme dans son dos. Mais pas de problèmes avec les empreintes, on à tout enlevé, tout planifié. Et il était mort.
A partir de ce moment là, j'étais des leurs. Et ça, pour moi, c'était une victoire, plus que d'avoir buter ce mec là...

Un séjour alcoolisé.


Quelques temps après, je faisait déjà des petits boulots plus ou moins importants pour la BP, un mec qui s'appelait "Osa" fabriquer de l'alcool. Putain, c'était dégelasse, il savait pas vraiment en faire. Moi j'ai déjà vue mes parents en faire, j'en ai même fais avec eux à Pine Ridge, je lui ai proposé mon aide. Il était d'accord, je l'aidé pour le fabriquer correctement. Il voulait en vendre et en vendre, de plus en plus. Il a formé son équipe, on était 5 pour gérer ce truc là. Ca marchait bien on volait tout les ingrédients ou on nous en faisaient passer par le parloirs. Moi plus personne ne venait me voir même plus Isabella. On vendait sa assez chère et on se faisait tous de l'argent même si la BP taxé tout bien-sure, on mettait de l'alcool de coté pour nous, c'était le bon plan. Beaucoup moins de rivalité, personne ne voulait notre peau, on créé un bizness à nous c'était tranquille. Mais un jour Guillermo me dit d'aller planter Osa, il avait vendue de l'alcool beaucoup moins chère aux sureños pour qu'ils puissent le revendre au même prix que nous, il faisait ça depuis deux semaines enfaite. Je l'ai tuer dans sa cellule, beaucoup de monde y passer pour régler des échanges, personne ne savait que c'était moi hormis la BP. Deux traits tatoué sur le coté extérieur de mon index, deux meurtres. Guillermo me faisait confiance, il me confie le trafique l'alcool, c'était aussi grâce à moi qu'il c'était organisé. Certains n'étaient pas d'accord, je les ai fait bouger de l'équipe. Direct ils sont aller avec ce fils de pute d'OG Paz. Il me déteste et voulait ma mort quand on était en prison, il était devenue aussi puissant que Guillermo à un moment, puis il est sortis. J'étais fière de moi. Je réussissait, bientôt on me considéré comme le premier lieutenant de Guillermo. C-Boy et Deño étaient mes bras droits, j'avais une bonne équipe, l'effectif changer avec les sorties de prison et les entrée. Beaucoup de NBC, un gang de LS, le plus vieux, le plus fort? J'en sais rien c'est le gang de l'autre enculer d'OG Paz. Dans cet univers où je n'avais aucun de mes semblables je suis devenue le petit parrain de l'alcool. J'me comparais à Al'Capone, c'était le même trafique! Les tatouages remplissent mon corps, le respect se gagne avec, les traits sur mon index s'accumule. Mon sourir ne cesse de croitre.



Dernière édition par Paz le Jeu 11 Avr - 12:56, édité 8 fois


_________________

On vie pour l'argent mais on s'fait fumer pour son gang.
Voir le profil de l'utilisateur http://nbc828.forumgratuit.org

Paz


Original 828
Original 828
Un jour le centre fut appeler par la mairie d'une ville assez loin d'ici, du moins pour nous c'était à l'autre bout du monde. J'devais avoir 16 ans et j'étais pas sortie du Dakota, alors moi j'ai suivis directe le mouvement. On devait tourné dans des écoles coté de la ville, à Los Santos apparemment. C'était une histoire, de "spectacle" qui rapporter un peut d'argent au centre. Rien a payer donc c'était tout bon. On devait être environs 40 par là, on avait un bus, qu'on nous payé pour le voyage. Des adultes, des ados, des enfants, de tout. On délirait pas mal dedans quand même, on répétait aussi. Les paysages qui passaient évoluant du froid, au plus claire. Du gris au bleu du ciel, on allait vers la cote ouest dans une de ces villes comme L.A, un de mes rêves de gosse, vivre à LA avec une famille et une grosse caisse tu vois l'truc? Bref, on est arrivé par les quartiers riches d'une ville... Cette ville là... Los Santos, tu connais hein? Au début, on eu tous une énorme haine, mais personne ne l'exprima dans le bus. Tout l'monde la fermait et rester là a regarder froidement par la fenêtre les jardins et les voitures. Puis on est enfin arrivé dans une école où nous avons de-suite commencé a mètre nos tenues. C'était une écoles de ces quartiers riches... De toute façon on n'a même pas vue le coté est de la ville. Apparemment par là bas, ça brillait beaucoup moins. Pendant toute la journée, on a enchainé quatre écoles, franchement c'était épuisant. Le soir, on du dormir dans le bus avant de repartir vers Pine Ridge. Là j'me suis dis que ça ne valait pas la peine de faire tant de kilomètres pour aller amuser les blancs... On avait une heure ou deux de libres, le bus était garé sur un grand parking plutôt au nord de la ville sous l'autoroute. Moi et mon pote on est aller faire le 24/7, histoire d'acheter de l'alcool là bas. Pendant une bonne heure on a marché aux alentours, puis on est allé un peut au nord, vers un des 24/7. On a acheté directe avec tout l'fric qu'on avait des bouteilles d'alcool, mais pas des p'tites Coronas. On buvait sur les marches du 24/7. Aaron, y aller franchement, moi j'voulais en ramener a Pine Ridge. J'lui disait de réduire, il commençait a faire chier en plus. Les passant qui allaient au 24/7 jetaient sur nous des regards plus que négatifs et Aaron, sec, allait les enmerder. Il voulait dailleur frapper un petit gros blanc qui entrait. Tu parle, il avait du mal a tenir debout, et faisait franchement pitié. J'le choppe pour aller le "calmer", et là il commence a m'envoyer des moles droites dans la figure. J'sais pas mais... J'étais chaud aussi, et je l'ai poussé en arrière pour m'en débarrasser. Il c'est cassé la gueule en arrière dans les escalier, a première vue. J'me suis passer la main sur le visage un instant puis j'suis aller le relever, mais il bougeait plus. L’arrière de son crane avait violemment frapper l'une des marche, du sang coulait. J'l'ai laché direct en reculant tout en le fixant comme interrogatif et dégouté. L'vendeur avait déjà appelé la police pour nous faire partir. Je les avait même pas vue arrivé, j'étais focalisé sur Aaron, c'était trop con pour être vrais. Une mort de merde comme ça, ça existe? Non... J'lui mets un tout petit coup de pied, histoire de... Enfin j'pensais qu'il jouait la comédie. Et là j'ai levé les yeux et un agent m'a choppé direct et m'a foutu au sol, la face contre le bitume, j'me suis retrouvé menotté. J'ai pas dis un mot et j'ai fixé Aaron au sol mort, plus que froidement. Putain, c'était trop con. Quelle connerie, et puis moi j'voulais pas l'tuer de toute façon... Quelle merde.

RIP carnàl.


Les menottes au poignées on me lâche pas d'une semelle. J'ai pris pour tentative d'homicide, eh ouais ce connard n'est pas mort. Ainsi que port d'arme illégale et délit de fuite, injuste mais bon, c'était un putain d'indien sorti de sa réserve qui allait contredire le juge de Los Santos. Bref, j'ai pris 8 ans de prison ferme avec 2 ans ferme en plus. J’aurais pu aller dans le Dakota du sud, mais d'après mon avocat, les prisons là bas étaient apparemment très sales, et vue les conditions de ma famille pour se déplacer, ça revenait au même. Deplus j'voulais pas emmerder ma famille avec, j'voulais m'isoler, j'pensais que je les avais trahis en tirant sur cet enfoiré ... Et puis pour mon transfère, j'pense qu'il aurait falu payer, alors j'suis resté là, à Los Santos. Se que mon avocat n'avait pas dis c'est qu'ici la violence était nettement plus haute que dans le Dakota du sud.
J'suis arrivé là bas, on m'a demandé mon nom, si j'avais un gang, mon origine. Quand j'ai dis que j'étais un Lakota, un des gardiens c'est foutu de ma gueule en disant qu'un nouveau gang aller se créé, avec pour effectif, moi et personne d'autre. Qu'il aille se faire foutre ce connard. J'avais pas de gang, alors ils m'ont mis avec un blanc. J'pense qu'ils l'ont fait ex-pré. Il faisait deux fois mon épaisseur, mais n'avait apparemment pas de gang, et était là depuis peut. J'lui parlais le moins possible, je ne lui offrais aucun sourire ou autre. Je les déteste tous, tout ces bancs, j'ai remarqué aussi que les hispaniques se regroupaient entre eux, les blancs, les noirs et les asiatiques aussi. C'était ça les gangs, et j'comprenais la veille blague du gardien. J'suis resté seul adossé au mur de la cour pendant deux jours, je regardais comment ça se passer. Les gangs aussi regardaient, mon compagnon de cellule c'était fait repéré, par ceux qu'on appel les Aryens. Des fils de putes de nazi des gros racistes. Quelque jours plus tard, il les avait rejoint. Ce même jour un hispanique lorsqu'on se rangeait pour la cantine, m'a tapé sur l’épaule et m'a dit un truc que j'ai pas compris. Apparemment il voulait savoir de quel quartier de la ville j'étais, mais il parlait en espagnole, et moi je comprends pas ça. J'me suis retourné, car j'avais pas compris, derrière lui, il y eu des rires. J'avais une haine qui montait et beaucoup de peur. J'ai pris ma bouffe et je suis aller manger seul en bout d'une table vide. Comme le jour précédent. Quatre hispaniques sont venue s'assoir a mes cotés, parmi eux le mec qui m'avait parlé. L'un d'eux était grand et senblait plutôt musclé et fort, il prit la parole et me dit.
"-Mon carnàl t'as posé une question... Réponds, dit-il froidement après une courte pause.
- J'ai pas compris, j'comprends pas l'espagnole..., j'ai répondu."
Là, ils se sont tous mis à rire sauf le grand qui semblait ne pas comprendre et croire que je me payer sa tronche. J'avais de plus en plus chaud et je me contentais de manger un maximum. Il reprit avec un:
"Tu te fou de ma gueule là, maricòn?! Et la Raza?!"
J'ai pas compris non plus mais j'ai répondu ensuite, car il semblait très sérieux.
"La Raza? Mais... Moi je comprends pas tout ça... J'suis nouveau ici."
Les trois autres explosèrent une nouvelle fois de rire. Le grand ouvrait grand la bouche et ses gros yeux rond fixé sur moi comme choqué puis il dit.
"Bon, toi tu commence très, très mal... T'es qui au juste et tu viens d'où?!"
J'répondis aussitôt par peur de ce mec en face, qui était beaucoup plus fort que moi.
"J'm'appel Steve... J'viens de Pine Ridge. Une réserve dans la Dakota du Sud, et j'comprends pas l'espagnole... Désolé."
Là il y eu un gros silence suite à mes paroles, personne ne semblait s'attendre à cet réponse là. Pendant se temps j'ai jeter un bref coup d'oeil à ma droite qui m'ouvrit les yeux. Le bras du chicano qui mangeait a coté de moi et semblable au mien. Nous avions le même teint mate, quand aux traits du visage, j'avais les yeux légèrement bridé comme les hispanique. J'ai compris, là, que physiquement, pour tout ceux qui m'entouraient j'étais un chicano.
Le grand explosa de rire, en brisant ce silence tout en disant.
"Hahaha! Un putain d'indien hahaha! Aller v'nez les gas on s'tire hahaha!"
Les quatre se sont levé avec leur plateau en se racontant des blagues sur moi. J'étais dégouté, mais j'pouvais rien faire, avec la bouffe de la prison j'étais encore plus maigre qu'avant, mais de toute façon j'étais seul alors... Eux ils étaient en groupe... Ils avaient des groupes par origine, moi j'étais seul. Tss... Et quand je rentrais dans ma cellule avec l'autre fils de... Il jouait les dingues et commencer à donner des ordres, il prenait de l'assurance grasse aux Aryens. Il disait qu'il allait devenir l'boss du secteur, que c'était un gros dealer, tralala tralala. De toute façon j'en avais rien à foutre. Il était nouveau et c'était surement du grand n'importe quoi. Il s'appelait Jason, mais il voulais que je l'appel Mr 2H. N'importe quoi j'l'ai jamais appelé comme ça. Un jour il est arrivé dans la cour avec sa bande pour me dire de leur donner ma ration a la cantine etc... Ils voulaient me racketter. A ce moment là deux hispaniques se sont approché d'eux et ont dis froidement aux Aryens.
Guillermo: "C'est bon, vous avez fini?"
Un des blancs dis alors "Te méle pas de ça, c'est même pas une chicapute comme vous."
Guillermo: "Yeah, aller tirez vous."
Y eu un très long silence puis l'un des blancs fit un signe aux autre et dis alors:
"Ouais, aller, on réglera ça plus tard, v'nez tss."
Les deux hispaniques se sont approché de moi le même qui avait pris la parole, me dit alors:
"Alors t'es un indien hein? J'ai entendu dire ça... Tu parle ta langue?"
J'ai hauché la téte positivement puis j'ai répondue:
"Yeah, j'parle le Lakota, une langue Sioux."
Les deux hispaniques se regardèrent puis je vue un léger sourire sur leurs lèvres.
Guillermo me dit alors: " Bien, alors tu va nous apprendre ça... Par écrit."
Je dis donc: "Comment ça? Mais je sais pas vraiment l'écrire, enfin... J'fais beaucoup de fautes."
Guillermo me tapota l'épaule puis me dit:
"C'est pas une demande, mais un ordre, dans deux ou trois jours, tu changera de cellule, et tu serra a coté de la mienne et de mon carnàl là. Et tu y restera le temps qu'on puisse écrire ta langue par écrit."
J'étais surpris, pourquoi voulaient-ils que je leur apprenne cette langue, par écrit en plus, et avec quoi? J'ai accepter... Les hispanique dans la prison, sont très nombreux, déjà plus que les blancs, et c'est des durs, donc bon... J'avais pas d'autre choix. Quand j'suis rentré dans ma cellule Jason, était très énervé, il disait que mes potes l'avaient ridiculisé. C'était pas mes potes, mais j'avais hâte de quitter cette cellule.

Moral en hausse.


J'ai quitté cette putain de cellule pour aller chez les chicanos, là où je suis, y a que des chicanos... Ca craint, si ils veulent me buter, j'peux rien faire. J'suis avec un gas, qui parle très peut, j'ai remarqué plein de dessin sur les barreaux de sa cellule, sur des mouchoirs, il appel ça des Paños. C'est super beau, mais bon, les dessins dessus c'est bizard, tu peux avoir le visage de la vierge avec a coté une fille nue, qui fait sa pute. Apparemment ils s'échangent ça entre eux, et mon quo-détenue gagne beaucoup d'argent avec ça. A droite de ma cellule, il y a celle des deux mecs qui m'ont fais changé de cellule. Eux, ça doit être des... boss, j'pense car pour avoir autant de pouvoir, pour choisir sa cellule c'est quand même beaucoup j'trouve. Pendant que mon quo-détenue dessine, moi j'explique aux deux autres de droite ma langue et les principales règles de celle ci. On m'a donné du papier et de quoi écrire et d'écrire en Lakota une phrase avec la traduction en dessous pendant se temps Hector, mon quo-detenue, joue aux dominos avec ceux d’accoté. Ici c'est calme, et on s'occupe, plutôt bien. Des fois ils m'expliquent comment on parle espagnole. J'avais l’impression de m'intégrer peut à peut, et un jour j'ai engagé la conversation. Finalement les indiens d'aujourd'hui et les chicanos c'est pas si différent. Ils sont eux aussi des indiens, mais que les blancs ont divisé. Ils étaient moyennement daccord, et en avaient un peut rien a foutre, ils disaient qu'étre chicano c'est plus qu'une histoire d'origines, c'est une façon de vivre, de penser, de parler, de regarder se qui t’entoure et de réagir. J'avais une réel motivation, à devenir un chicano... Car ici j'étais seul, certes j'étais fier de mes racines, mais je les caché les plus possible et je faisais tout pour ressembler aux chicanos. Enfaite j'voulais avoir un groupe. J'en avais marre de manger seul, de marcher seul dans la cour, certes j'étais "protéger" mais... C'était pas la même chose.
Ca devait faire 6 mois que j'étais ici, et finalement, c'était pas si difficile, du moins pour moi... J'avais une protection, et j'avais rien d'autre a faire qu'enseigner ma langue alors... Mais j'aimais pas le regard que portait sur moi ces chicanos, qu'ils appellent Brown Pride. Ils me voyaient comme un "autre". Un jour Guillermo parlait avec mon quo-détenu au sujet de Jason, 2H, ce fils de pute, apparemment grasse à lui en 6 mois les Aryens avaient pris une bonne part de la cocaïne de la prison. J'me suis levé et j'ai tout de suite dis.
"- Carnàles... Laissez le moi. J'peux le faire, j'suis des vôtres..."
Un long soupire se fit entendre dans la cellule d’à coté. L'hésitation était palpable, j'ai entendue des murmures puis Guillermo me dit.
"- Orale. Si tu merde, c'est ta tète qui tombe, après ça, tu serra des nôtres... Fabrique ton arme, présente toi comme un gros acheteur à lui."
Pas un seul mot de plus ne fut prononcé, je savais s'que je devais faire, mon quo-détenu m'a appris comment faire mon arme, c'était ingénieux, fait avec les moyens du bords. J'avais pas peur de mourir, je savais qu'avec une arme, j’aurais mon but, j'avais peur de me faire avoir par les gardiens... Les empreinte et tout ça, c'est pas rien un meurtre en prison. J'avais calculer mon coup depuis plusieurs jours, là où les Aryens trainaient dans la cour. Les cameras ne filmaient presque partout, mais à l'entrée de la cour c'était les gardiens les cameras, dans l'effet de masse, il était dur de voir se qu'il se passait, j'ai raté mon coup trois fois, à chaque fois, Jason, n'était pas au centre de la foule. La quatrième fois j'ai choppé sa bouche de ma main gauche et je l'ai planté quatre fois dans le dos, les Aryens n'ont rien vue venir, les chicanos qui m'entouraient avaient très bien fait leur travail, l'entouré en l'isolant de son groupe. Ensuite, on c'est tous dispersé dans les rangs, j'ai laissé l'arme dans son dos. Mais pas de problèmes avec les empreintes, on à tout enlevé, tout planifié. Et il était mort.
A partir de ce moment là, j'étais des leurs. Et ça, pour moi, c'était une victoire, plus que d'avoir buter ce mec là...



Dernière édition par Paz le Jeu 4 Avr - 19:03, édité 1 fois


_________________

On vie pour l'argent mais on s'fait fumer pour son gang.
Voir le profil de l'utilisateur http://nbc828.forumgratuit.org

Paz


Original 828
Original 828
Ganton ouais mon pote c'est bien Ganton! Hector mon putain d'cousin n'a même pas une seconde pour m'faire visiter ce quartier. BANG BANG BANG, c'était la musique à la mode dans l'coin quand j'suis arrivé, les négros tiraient sur les chicanos. La première fois que j'suis sortis j'ai fais un footing, un enfoiré de noir m'a dis "Et toi t'es qui enculer de tacos?! CHOPPEZ LE!". J'avais rien à voir avec leurs histoires, j'étais arrivé là, pleine guerre ethnique, j'étais ni black ni hispanique et j'ai du m'faire tirer dessus 2-3 fois, j'ai vue des gars s'faire fumer devant moi dans ces rues. J'me suis mis a trainer avec les jeunes du quartier qui étaient cool, les seuls qui m'acceptaient c'était les hispaniques alors j'suis aller vers eux. C'était cool, j'connaissais personne, mais j'avais l'impression que eux aussi. On s'faisait un groupe, y avait même une Jamaïcain. J'me suis trouvé un pote, qui avait la même façon de penser que moi Anselmo, on était des putains de potes comme avec Aaron a Pine Ridge.

Ghetto Pacinos


L'argent? Eh bha ouais on y avait pensé avec mon pote Anselmo, quesque tu croyais? On volait des trucs, des vélos, des sapes des trucs comme ça. Mais c'était pas assez, ça servait a rien du tout, fallait être les plus forts! On volait organisé des combats de poulets haha, sacré histoire ce délire là aussi. On a laissé tombé. J'étais choqué lorsqu'un negro m'avait proposé des armes pour presque rien... J'étais heureux on pouvait aller loin. Très loin. Tout s’enchaine rapidement, des italiens viennent me voir, ils me proposent d'étre le grossistes de la bande, c'était impeccable. J'ai choisi mon terrain, l'angle de rue, là où il y avait le plus de passages, un terrain vague derrière pour planquer la dope et faire les échanges pépère. Anselmo et moi on recruté des dealers dans la bande, ils nous payaient, mais en parallèle un autre truc se monté. Eh ouais, des gars de la bande formait un truc lourd, un gang on peu dire ça. IAC-24, c'était ça le délire, et nous... Bha on faisait pas partis du délire justement. On est aller les voire, Anselmo avait fait un putain de coup de pression, ils nous ont accepté. Mais a cause de ça on avait plus de problèmes, les noirs voulaient nous exterminé. Je me rappel un jour ils étaient deux fois plus que nous et voulaient se battre... J'ai sortis le couteau papillon pour me frayer un chemin entre tout ces connards. Puis... Entre temps j'me trouvais une copine, mais c'était une flic, pas comme les autres, mais une flic quand même, elle s'appelait Isabella. Et voilà un connard du gang qui s'appelait 'Rique, c'est dis que je faisait trop d'argent, et eux trop peu. Ils voulaient connaitre le fournisseur, bha non, ils l'ont jamais connu. Ils m'ont chopé dans une ruelle pour me faire cracher le morceaux. J'ai couru et couru, puis merde, ils étaient là a me courser jusqu'a que je faiblisse... Trop maigre pour l'endurance, j'ai sortis le calibre. J'parle, j'm'explique, puis merde! Une voiture de flic passe devant la ruelle. MERDE! J'voulais pas tirer... Puis BANG, pleine tête, l'autre connard de 'Rique tombe par terre.



Un séjour alcoolisé

Quelques temps après, je faisait déjà des petits boulots plus ou moins importants pour la BP, un mec qui s'appelait "Osa" fabriquer de l'alcool. Putain, c'était dégelasse, il savait pas vraiment en faire. Moi j'ai déjà vue mes parents en faire, j'en ai même fais avec eux à Pine Ridge, je lui ai proposé mon aide. Il était d'accord, je l'aidé pour le fabriquer correctement. Il voulait en vendre et en vendre, de plus en plus. Il a formé son équipe, on était 5 pour gérer ce truc là. Ca marchait bien on volait tout les ingrédients ou on nous en faisaient passer par le parloirs. Moi plus personne ne venait me voir même plus Isabella. On vendait sa assez chère et on se faisait tous de l'argent même si la BP taxé tout bien-sure, on mettait de l'alcool de coté pour nous, c'était le bon plan. Beaucoup moins de rivalité, personne ne voulait notre peau, on créé un bizness à nous c'était tranquille. Mais un jour Guillermo me dit d'aller planter Osa, il avait vendue de l'alcool beaucoup moins chère aux sureños pour qu'ils puissent le revendre au même prix que nous, il faisait ça depuis deux semaines enfaite. Je l'ai tuer dans sa cellule, beaucoup de monde y passer pour régler des échanges, personne ne savait que c'était moi hormis la BP. Deux traits tatoué sur le coté extérieur de mon index, deux meurtres. Guillermo me faisait confiance, il me confie le trafique l'alcool, c'était aussi grâce à moi qu'il c'était organisé. Certains n'étaient pas d'accord, je les ai fait bouger de l'équipe. Direct ils sont aller avec ce fils de pute d'OG Paz. Il me déteste et voulait ma mort quand on était en prison, il était devenue aussi puissant que Guillermo à un moment, puis il est sortis. J'étais fière de moi. Je réussissait, bientôt on me considéré comme le premier lieutenant de Guillermo. C-Boy et Deño étaient mes bras droits, j'avais une bonne équipe, l'effectif changer avec les sorties de prison et les entrée. Beaucoup de NBC, un gang de LS, le plus vieux, le plus fort? J'en sais rien c'est le gang de l'autre enculer d'OG Paz. Dans cet univers où je n'avais aucun de mes semblables je suis devenue le petit parrain de l'alcool. J'me comparais à Al'Capone, c'était le même trafique! Les tatouages remplissent mon corps, le respect se gagne avec, les traits sur mon index s'accumule. Mon sourir ne cesse de croitre.


_________________

On vie pour l'argent mais on s'fait fumer pour son gang.
Voir le profil de l'utilisateur http://nbc828.forumgratuit.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum